[Reportage] Michel Luquet, l’eau dans les veines

Les associations sont toutes composées de femmes et d’hommes qui donnent de leur temps bénévolement. Des passionnés qui grâce à leur énergie font vivre l’activité sportive. Le Club Nautique du 19ème peut compter sur Michel Luquet, son président. Portrait d’un sportif emblématique. 

Séance de glisse dans une eau à 16°c en octobre dernier – Crédit photo : Facebook CN19 Glisse

Michel Luquet est un homme que rien n’arrête. Né à Paris en 1955, son avenir sportif semble s’écrire loin de l’univers aquatique. Seules les vacances d’été près d’Etretat lui ouvre les portes du grand air où son père, amateur de voile, lui transmet le virus de l’eau :

« D’une certaine façon, comme Obélix, je suis tombé dedans quand j’étais petit », témoigne celui qui est aujourd’hui président du Club Nautique du 19ème.

Nageur depuis l’âge de 6 ans, il développe son amour pour les sports nautiques avec ses amis, sur les plages normandes. C’est le début d’une longue histoire pour ce véritable touche à tout : « j’ai assez vite progressé dans ce milieu ». Aquaplane, surf, dériveur, wakeboard et tout ce qui flotte plus ou moins … Aucune discipline ne lui échappe. « Mon vice c’est les sports d’eau », plaisante Michel Luquet.

« Je me suis demandé si j’allais remarcher un jour »

Mais en 2008 son corps dit stop. Triple hernie discale d’abord, puis quadruple deux ans plus tard. « Tous ces sports me sont alors déconseillés » regrette le sexagénaire. Une blessure physique et morale :

« Quand on passe trois longs mois allongés sous morphine sans pouvoir se lever ça fait réfléchir … Je me suis demandé si j’allais remarcher un jour »

Passionné de sports nautiques mais surtout amoureux de la vie il se rend à l’évidence : il faut tourner la page.

Aujourd’hui, il vit sa passion par procuration. Toujours sur l’eau mais dans un bateau. « J’assure la majeure partie du pilotage pour les autres », raconte Michel Luquet. Sur la Seine, entre le pont de St Cloud et le pont sur Suresnes, on aperçoit le pilote tracter les acrobates aquatiques à plus de 30km/h. En bordure du bois de Boulogne et avec la Défense en toile de fond le décor est grandiose.

A la tête d’un club qui compte 338 membres le rescapé se charge de tout. 2h d’administratif par jour, plus le pilotage (jusqu’à 10h par jour l’été) et la logistique le week-end. À 62 ans, il déborde d’énergie.

 

Victor Gatinel

 

Crédit photo de couverture : facebook CN19 Glisse – A2piks

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s